Plein air

Alors qu’en Belgique, les activités de plein air – la marche par exemple – sont plutôt recommandées, en France il y a lieu de rester dans un rayon de 1km de son domicile et pour une heure maximum. Un site permet de dessiner la circonférence ainsi autorisée, d’autres proposent  de gérer une attestation de déplacement sur smartphone. Vous habitez en pleine ville, tant pis !

La photographe Noah Kalina se serait-elle promené hier, dimanche, jour où elle a posté cette photo sur Instagram ?

2024

Il est temps de ranger les drapeaux, ceux des élections 2020 et idéalement celui des confédérés, souvent symbole de l’Amérique raciste. Le moins mauvais est élu. Comme le rappelle le philosophe Ben Burgis, à propos de l’ancien sénateur du Delaware (petit paradis fiscal), devenu président:  « une fois que vous aurez dessoûlé, rappelez-vous qu’être moins mauvais que Trump est tout à fait compatible avec le fait d’être un ennemi implacable de la classe ouvrière » .  D’ailleurs, d’emblée AOC rappelle les dissensions au sein du Parti Démocrate.   Zeynep Tufekci  a déjà les yeux sur 2024 et signale que si l’on y prend garde, le prochain autocrate américain sera beaucoup plus compétent . « Trump était inefficace et aisé à battre, un futur homme fort ne le sera pas ». Son analyse dépasse les USA:  « Trump n’est qu’un exemple de plus des nombreux populistes de droite qui se sont hissés au pouvoir dans le monde entier : Narendra Modi en Inde, Jair Bolsonaro au Brésil, Viktor Orbán en Hongrie, Vladimir Poutine en Russie, Jarosław Kaczyński en Pologne, et Recep Tayyip Erdoğan en Turquie, mon pays d’origine. Ces personnes gagnent les élections mais contournent les normes démocratiques »

Le photographe Fumi Nagasaka couvrait les élections.

Vote !

Le dernier débat Trump/Biden est clos, du moins en tv. Chaque camp est maintenant dans la dernière ligne droite, mais il s’agit aussi de pousser à voter, de convaincre que cela sert à quelque chose. Déjà en septembre, AOC (que nous aimons beaucoup) avait produit une petite vidéo.

Dans un style nettement plus vintage, Christopher Sperandio traite l’actualité  au goût des comics des années 40. Nous sommes en guerre, disait E. Macron il y a peu. Vraiment ?

La réanimation pour les nuls

Christian Lehmann est écrivain et médecin dans les Yvelines. Pour «Libération», il tient la chronique d’une société suspendue à l’évolution du coronavirus. Aujourd’hui, sa chronique évoque la réanimation.  Tout d’abord, l’occasion d’un coup de sang : c’est ceux qui n’y foutent jamais les pieds qui en parlent le mieux (…) La médecine et la recherche éthiques et propres sont mortes et enterrées à l’occasion de cette crise sans précédent. Sur l’autel de la mégalomanie de quelques gourous à la tête de sectes mafieuses, dont la médiocrité scientifique n’a d’égal que la malhonnêteté intellectuelle. Les fleurs ont été déposées par les légions d’imbéciles des réseaux sociaux, parfois en service commandé. Les couronnes ont été déposées par des pantins de plateaux télé de chaînes d’info en continu irresponsables. Vol au-dessus d’un nid d’irresponsables. Mais c’est aussi le moment d’écouter les réanimateurs, par exemple Damien Barraud a 45 ans, réanimateur à l’hôpital de Metz-Thionville.   On ne peut guérir tout le monde. Nous sommes des soignants, pas le Petit Jésus ou tout autre druide barbichu. S’en rendre compte est vital. Pour ne pas disjoncter. On tente de guérir le malade. Et quand on ne peut pas, il faut savoir s’arrêter, jeter l’éponge de soins devenus futiles, ne pas sombrer dans l’acharnement, et accompagner la fin de vie. A good life, and a good death. Bien accompagner un patient et ses proches, assurer une bonne fin de vie est aussi important qu’aboutir à la guérison.

James Gouldthorpe a tagué cette illustration #frontlineworkers . Ils sont tous épuisés, ceux qui, depuis mars, n’ont pas vraiment quitté le front

Pour Samuel Paty

Remedium  est professeur des écoles en Seine-Saint-Denis depuis 2005, il réalise aussi des bandes dessinées dénonciatrices de la violence faite aux enseignants par l’Éducation nationale française. A l’assassinat de Samuel Paty, il a immédiatement réagi: Découvrez l’histoire de Samuel, le dernier épisode en date de  Cas d’école: Et surtout, n’hésitez pas à partager pour participer à ce que le nom de Samuel Paty continue de résonner longtemps.

Samuel, professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine, menait sa mission d’enseignant avec passion. Le vendredi 16 octobre 2020, il  a été assassiné et décapité pour avoir montré des dessins en classe. L’écriture est parfois bien dérisoire face à la barbarie humaine. Mais le courage de Samuel nous interdit à tous de sombrer ou de baisser les bras. Sa mort ne doit pas non plus masquer certaines réalités: non, Samuel n’était pas un soldat de la laïcité tombé pour la patrie. Il était un enseignant, et cette tâche était déjà énorme. En sa mémoire, découvrez « L’histoire de Samuel.

La suite sur le Facebook de Remedium . Pour pour découvrir ses travaux, voir son site le blog de Lu Cie & Co ici ou ici ou sur  Mediapart

 

De l’incertitude

Aujourd’hui, le British Medical Journal titre son éditorial Covid-19’s known unknowns (Les inconnues connues du Covid-19) dans lequel il appelle à l’humilité,  si pas au silence, les spécialistes autoproclamés et polycompétents  qui trustent les médias alors que les experts ont mis des dizaines d’années pour approcher un fragment d’une des nombreuses connaissances; les obligeant alors à un travail interdisciplinaire et à l’écoute des collègues d’autres disciplines . Reconnaître un peu plus l’incertitude pourrait améliorer non seulement l’atmosphère du débat et de la science, mais aussi la confiance du public, ajoutent-ils.

Pour sa part l’Observatoire du conspirationnisme a organisé son concours d’illustration; celle de Frédéric Siebert (2ième prix) pourrait utilement accompagner l’éditorial du BMJ

Evitez les foules, disent-ils

Transports en commun bondés à l’heure de pointe: « On ferme les bars à Bruxelles mais les transports en commun sont remplis », titre RTL en accompagnant son article de stations de métro effectivement bondées. A quoi , le virologue Marc Van Ranst répond sur Twitter « Le télétravail doit redevenir la norme de toute urgence ».

La question semble faire le tour du globe puisque les illustrations anciennes (ici une de celles d’Ernie Bushmiller de 1943) réapparaissent pour illustrer ce paradoxe.