Respirer

L’artiste Jammie Holmes a voulu mener un « acte de conscience sociale et de protestation ».  Le samedi 30 mai, il a déployé, dans 5 villes à travers les États-Unis,  des avions dont les banderoles présentaient les derniers mots de George Floyd. Ce même jour, alors qu’il voulait ainsi soutenir la manifestation nationale contre la brutalité policière au sein de la communauté afro-américaine. La veille, Donald Trump émettait un tweet violant les règles de Twitter sur l’apologie de la violence. «Toutefois, Twitter estime qu’il est dans l’intérêt du public que ce tweet reste accessible. Le chef de police de Houston, est plus net encore: Please, keep your mouth shut if you can’t be constructivelance-t-il à Trump, avant de lui donner une leçon de leadership.

I can’t breathe, la plainte George Floyd rejoindrait-elle celle des mourants abandonnés au covid-19? Ou, beaucoup plus largement, au sens figuré, à celle de tant d’autres personnes oppressées ?

Donner place aux morts

Nous avons vu ces terribles images d’instruments de chantier et de travailleurs qui enterraient de manière industrielle des dizaines de cercueils. A l’inverse Le New York Times a décidé de donner une place aux morts en rappelant leur nom, leur âge, leur profession, en mentionnant parfois  leurs derniers mots… sur sa première page, sur son site Internet . Incalculable, de fait.

Comémoration

Jadis, oui, jadis des timbres commémoraient des événements. Ensuite, on les retrouvait sur des lettres d’amour ou de politesse, dans les greniers. Il n’y a plus de timbres, plus de greniers. Des pandémies du 20° siècle ils nous reste des photos (déjà des masques, parfois étranges) , des publicités (pour le sirop du Dr Lambert, en vente partout), des épidémies antérieures, restent chroniques et romans. Sous le règne du virtuel, comment se transmettent nos expériences?  Shreya Parasrampuria penserait-elle à cela en imaginant ces timbres? 

 

 

 

Diplômes

Alors que nous apprenons que dans le supérieur, plus d’un étudiant sur cinq a décroché, Anita Kunz a choisi, pour The New Yorker  de dépeindre les diplômés qui quitteront bientôt les études. Ils entreront dans une économie boiteuse, dit-elle. Pour autant que leurs professeurs tiennent compte de l’environnement de travail… D’autant que « Sans revenu, sans aide, risquant l’expulsion, c’est difficile »

EPP (Equipement de Protection Personnelle)

Pendant que certains espèrent que les rares avions apportent des EPP (PPE en anglais) aux services de santé britanniques, nous apprenons que « Des dizaines de milliers de masques à destination des communes sont bloqués à la douane …à cause d’un autocollant »

Eva Clifford accompagne des photos d’un message de quarantaine  envoyé par quelqu’un d’autre.