Pluie de kérosène

Sans intervention d’Etat, la moitié des compagnies aériennes dans le monde pourraient faire faillite, titre la RTBF.  Faut-il le regretter?  Bruno Latour donne l’exemple suivant: « l’autre jour, on présentait à la télévision un fleuriste hollandais, les larmes aux yeux, obligé de jeter des tonnes de tulipes prêtes à l’envoi qu’il ne pouvait plus expédier par avion dans le monde entier faute de client. On ne peut que le plaindre, bien sûr ; il est juste qu’il soit indemnisé. Mais ensuite la caméra reculait montrant que ses tulipes, il les fait pousser hors-sol sous lumière artificielle avant de les livrer aux avions cargo de Schiphol dans une pluie de kérosène ; de là, l’expression d’un doute : « Mais est-il bien utile de prolonger cette façon de produire et de vendre ce type de fleurs ? » .

L’artiste britannique Ryan Gander   a acquis une réputation internationale grâce à un vaste ensemble d’œuvres d’art pluralistes qui se matérialisent sous de nombreuses formes différentes, allant de la sculpture, de l’habillement et de l’écriture à l’architecture, la peinture, les polices de caractères, les publications et les performances. Let the world take a turn.

Vous trouverez Gabriel Guerra Bianchini près de la mer au 20 rue Sol à La Havane Pas sûr qu’un avion nous y mène très vite.

« J’espère que je me trompe, mais c’est une prédiction du nombre de jours où nous serons enfermés, ici, à Cuba » dit-il pour accompagner cette photo

 

 

 

Retour à la normale?

Dans son éditorial  du jour, pour L’Oeil de la Photographie, Jean-Jacques Naudet invite à célébrer la suite, le retour à la normale, célébrer la  liberté un peu retrouvée avec les naiades de Claude Guillaumin. Y aura-t-il retour à la normale? Est-ce vers cela que couraient hier, ces bruxellois?

Notre photographe a beaucoup travaillé pour les grandes marques de mode, pour les magazines féminins… Ceux qui se demandent aujourd’hui si la crise sanitaire les force à un tournant ?

Retour à la normale? Retour au monde d’avant? Symbolisé par une photo comme celle-ci, est-ce possible?

Socialism sucks ! Vraiment?

Alors que le New York Times annonce que les projections laissent craindre une forte augmentation du nombre de décès lors du déconfinement:  « Un rapport interne de l’administration Trump prévoit environ 200 000 cas quotidiens d’ici juin. La Maison Blanche interdit aux responsables du groupe de travail sur les coronavirus de témoigner devant le Congrès sans autorisation. » Le photographe Jamie Lee Curtis Taete explique comment et pourquoi il s’est aventuré parmi les protestations contre la quarantaine à Los Angeles. Plus près de chez nous, le socialiste Paul Magnette invite à un nouveau regard.

Confinés

Comment les couples se sont-ils donnés de l’air pendant toute cette période de confinement? Quelle place pour d’autres couleurs que le rose?

Photographer Hal, de son vrai nom Haruhiko Kawaguchi, emballe ses personnages sous vide dans un énorme sac en plastique, le temps d’une photo illustrant leur union. Seulement quelques secondes pour, vite,  prendre les clichés.

Le côté humain du Covid-19

A New York, Peter Turnley tient son journal « Depuis le début de la crise du coronavirus à New York, dit-il,  je sors presque tous les jours, avec mon appareil photo et mon ordinateur portable, en prenant toujours soin de garder une distance sociale avec tout le monde, en portant un masque, des gants, en retournant là où je vis seul. Il est essentiel qu’à ce stade de notre vie collective, les histoires de tant de héros et de victimes, de toutes tailles, soient documentées, contribuant à nous réunir maintenant, et pour toujours ».

Le dimanche de Pâques, Anthony « Tony » Thomas est décédé des suites du Covid-19, il avait travaillé comme ambulancier pendant 36 ans. Il fut enterré lors d’une cérémonie qui eu lieu le 30 avril au funérarium McLaughlin and Sons dans le quartier de Bay Ridge à Brooklyn, New York.

Peut-être au même moment, Marie de Hennezel écrivait son article pour Le Monde « L’épidémie de Covid-19 porte à son paroxysme le déni de mort » L’un et l’autre estimant essentiel de refuser tout déni.

Wall Street fait main basse sur les logements

La crise n’est pas crise pour tout le monde. Même si j’ai pu discuter avec mon propriétaire, qu’en sera-t-il dans trois mois? Wall Street s’empare de 60 milliards de dollars de logement, titre The New York Magazine

En effet, des centaines de milliers de maisons individuelles sont aujourd’hui entre les mains de sociétés géantes, qui font pression sur les locataires pour obtenir des revenus et mettent le rêve américain encore plus hors de portée.

Mais comment donc Lori Nix et Kathleen Gerber ont réalisé cette photo? Jetez un oeil sur le making of